Actualité

Voici les raisons de la présence des ambassadeurs de France et des États-Unis chez Bédié

Que font les ambassadeurs de France et des États-Unis chez Bédié ?

Réponse avec Mamadou Traoré proche de Guillaume Soro. Chers tous, ce que je voudrais vous demander ce matin, c’est de prier, de prier fortement pour la Côte d’Ivoire afin que nous ayons une sortie de crise sans effusion de sang. Quand je parle de sortie de crise, je fais allusion à la transition annoncée par l’opposition. Selon mon analyse, le schéma de cette transition a déjà été acté par la France et les États-Unis.

N’oublions pas que c’est juste après la rencontre entre Bédié et l’ambassadeur de France et celui des États-Unis qu’Affi Nguessan, le porte parole de l’opposition, a fait sa déclaration appelant à une transition car ne reconnaissant plus l’autorité et la légitimité du gourou du Restaurant. On me demandera ce que l’ambassadeur de France et celui des États-Unis sont allés faire chez Bédié, le jour où les premiers résultats de la mascarade de vote qui a eu lieu ont commencé à tomber.

La réponse est très simple. Les deux ambassadeurs ont constaté, comme tout le monde, à part nos amis du Restaurant, qu’il n’y a pas eu d’élection. Car les élections, c’est tout un processus et non seulement le vote. Les ambassadeurs ont constaté, à partir de leurs services secrets, que les résultats donnés par la CEI ne reflètent pas la réalité du terrain. Ils ont vu, comme tout le monde, à travers des vidéos et des rapports, qu’il n’y a pas eu de vote dans beaucoup de localités et il y a eu bourrage d’urnes.

Ils ont constaté, comme tout le monde, que les gens ne sont pas sortis massivement pour aller voter. Ils ont constaté que les images des gens sortis pour aller voter, brandies par les cyber-activistes du Restaurant, sont de vielles images ,pour la plupart, de 2010.Bref, ils ont constaté que le gourou du Restaurant a perdu sa légitimité et que s’il se maintient au pouvoir dans ces conditions, le pays va connaître des troubles qui risquent de gêner leurs intérêts en Côte d’Ivoire et ceux des occidentaux.

Faut-il perdre tous leurs acquis à cause d’un individu ?Ils pensent que non.C’est pourquoi, selon mon analyse, ils sont entré en contact avec Bédié pour établir avec lui, le doyen d’âge des leaders de l’opposition, un schéma de transition. Ce n’est pas par hasard que Guillaume Soro a donné son accord pour l’idée de transition tout en faisant allusion, sans le nommer, à Bédié pour conduire la transition. Le gourou du Restaurant, qui ne dort plus chez lui depuis quelques jours, selon certaines indiscrétions à confirmer , a deux options.Soit ,il accepte le schéma de transition que lui proposeront les ambassadeurs de France et des États-Unis, soit il refuse ce schéma avec tous les risques que cela encourt.

La transition en question consistera à mettre en place les organes consensuels des élections présidentielles à venir afin de permettre à la Côte d’Ivoire de retrouver le chemin de la stabilité et de la paix. Chers amis du Restaurant, dites à votre gourou de se laisser habiter par la raison. Car il ne sortira pas vainqueur d’un bras de fer avec la France et les États-Unis.

Dites lui que son intervention devant la presse, après son vote, à fini par convaincre ses partenaires occidentaux qu’il n’est plus crédible à assurer un Etat de droit et démocratique. Puisqu’il dit qu’on ne doit pas lui imposer les règles de gestion venant de l’extérieur. Il vient de leur démontrer clairement qu’il n’est plus prêt à gérer le pays de façon démocratique à la manière des occidentaux.

Voici pourquoi, dès l’entame de mon post, j’ai demandé à ce que nous les ivoiriens demandions la protection de Dieu afin de nous épargner une autre effusion de sang. Et celui qui a les moyens d’aider notre pays à éviter un schéma apocalyptique, c’est bien le gourou du Restaurant. S’il fait preuve de sagesse et s’il met de côté son orgueil, s’il reste sourd aux chants des sirènes qui l’entourent, il sauvera notre pays d’une crise post-électorale avec son collataire de bain de sang. Et il est bon de savoir qu’aucun d’entre nous, vivant en Côte d’Ivoire ne sera épargnés, malgré toute la sécurité que les uns et les autres déploieront autour d’eux. Que Dieu nous garde.

Ecrit par Mamadou Traoré proche de Guillaume Soro.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page