Actualité

Soro: les « mandats illégaux contre lui ne reposent sur aucun moyen de droit», avocate au barreau de Paris

Le camp de guillaume Soro ne compte en aucun cas baisser les bras face aux poursuites du gouvernement ivoirien à son encontre. Pour le Maître Affoussiata Bamba-Lamine, avocate au barreau de Paris et coordonnatrice du collectif d’avocats de Guillaume Soro, les mandats d’arrêt contre son client ne répondent pas aux normes juridiques.

L’ancien chef rebelle, Guillaume Soro, et trois de ses proches « ne peuvent pas craindre quoi que ce soit » des mandats que le ministère ivoirien de la Justice demande de transmettre aux autorités françaises, d’après Maître Affoussiata Bamba-Lamine, avocate au barreau de Paris et coordonnatrice du collectif d’avocats de Guillaume Soro.

« En la matière, les choses ne se passent pas comme ça. Je ne sais même pas si le gouvernement ivoirien a réellement transmis ces mandats au ministère des Affaires étrangères français », a déclaré l’avocate à propos des mandats d’arrêt émis par la justice ivoirienne à l’encontre de l’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro, et de trois de ses proches.

La dame de droit poursuit en contestant fermement la validité de ces mandats « illégaux » : « Ils ne reposent sur aucun moyen de droit. Donc, il est évident que dans ces conditions, ces mandats ne seront jamais exécutés, si encore ils existent parce que le premier mandat qui devait soi-disant être décerné depuis le mois de décembre 2019, en réalité on n’en a jamais vu la couleur. Idem pour le second mandat. Celui-ci, je suis sûre que c’est exactement la même chose. »

Sur la même lancée, la juriste défend fermement que ni le leader du GSP, ni ses trois collaborateurs, « ne peuvent craindre quoi que ce soit par rapport à ces mandats ». Ils seraient « de nul effet » suite à « la décision de la Cour africaine des droits de l’Homme qui indique clairement que ce sont des motifs politiques pour lesquels Guillaume Soro est poursuivi ».

A noter que l’ancien député de Ferké n’est plus en France  » depuis un moment « , selon son entourage. Faut-il le rappeler, dans son dernier entretien accordé à Jeune Afrique, le président français, Emmanuel Macron, a fait savoir que la  » présence » de Guillaume Soro « n’est pas souhaitée sur notre territoire tant qu’il se comportera de cette manière », en référence à l’appel à l’insurrection en Côte d’Ivoire lancé par Guillaume Soro le 4 novembre dernier.

En ce qui concerne la possibilité de voir Guillaume Soro à nouveau sur le territoire français, l’avocate a répondu: « J’affirme qu’il a tous ses documents légaux et qu’il peut revenir sur le territoire français, comme il l’a toujours fait parce qu’il est parfaitement en légalité pour pouvoir circuler sur le territoire européen ».

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page