ActualitéSociété

Retour de Gbagbo : rebondissements surprenants dans le dossier

Après l’octroi des passeports à Laurent Gbagbo, l’ancien Président, ses proches, ses partisans et de nombreux observateurs pensaient que le retour en Côte d’Ivoire n’était plus qu’une question de jours. Mais le discours que tient l’ex-ministre de la Défense Moïse Lida Kouassi depuis samedi 9 janvier dans le Lôh-Djiboua autorise à émettre cette hypothèse: le pouvoir d’Abidjan n’est pas encore prêt à admettre le retour de l’ex-Président ivoirien.

« L’octroi des passeports de Laurent Gbagbo est une conséquence de la désobéissance civile. Ayant vu la détermination de l’opposition face aux attitudes de confiscation de tous les pouvoirs et de toutes les libertés, les soutiens extérieurs du régime lui ont demandé non seulement d’ouvrir le dialogue mais aussi de donner les passeports de Laurent Gbagbo. Sinon, vous avez entendu Ouattara dire qu’il n’était point prêt à dialoguer et vous avez vu comment son régime et lui ont humilié un ex-Président pour des simples documents auxquels il a droit », a dit Lida Kouassi samedi à Lakota et à Guitry et ce dimanche 10 janvier à Divo.

Le Vice-président du FPI est en tournée dans le Lôh-Djiboua selon une décision de la direction du parti d’envoyer des missions dans les 33 régions du pays pour parler du retour de Gbagbo, du dialogue avec le pouvoir et de la décision de participer aux législatives. » Le pouvoir a été obligé de donner les passeports. Mais il traîne encore les pas sur les dispositions pratiques du retour. Mais pourquoi avoir donné les passeports si ça ne peut lui servir? Le président Gbagbo a engagé Assoa Adou à discuter des modalités pratiques avec les autorités. D’où la dernière rencontre avec le Premier ministre. Et les contacts téléphoniques sont fréquents mais on nous fait croire qu’on continue de discuter de ce retour. Pourquoi? », interroge l’ancien ministre d’Etat. » Moi je sais pourquoi. C’est du dilatoire car ils ont encore peur du retour de Gbagbo. Ils pensent que si Gbagbo foule le sol ivoirien, c’est pas bon pour eux. Le nom de Gbagbo les effraie », estime Lida Kouassi.

Cette frayeur est due, selon lui, non seulement à la très grande popularité de l’homme mais aussi aux privilèges auxquels il a droit en tant qu’ancien Président: une résidence, une sécurité, une rente viagère. » Mais pourquoi cet esprit? Moi j’étais ministre de la Défense et j’avais pris une part active à ce que Ouattara et Bédié soient traités selon leur rang d’ancien Premier ministre pour l’un et d’ancien Président de la République pour l’autre », témoigne-t-il. « Voici la vérité. Ils ont donné les passeports mais ils ne veulent pas que le retour ait lieu maintenant car cela les mettrait en difficultés. Mais notre patience ne sera pas de mise pour l’éternité. Nous seront obligés de reprendre le combat démocratique pour exiger son retour. Préparez-vous à cela. Je ne parle pas seulement aux militants du FPI mais à tous les Ivoiriens car humilier Gbagbo c’est humilier toute la Côte d’Ivoire », a lancé l’ex-ministre de Gbagbo à chaque étape de sa tournée dans le Lôh-Djiboua. Un appel accueilli partout par des applaudissements nourris.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
x