Politique

Pourquoi le FPI Affi quitte la plateforme de l’opposition

Le FPI tendance Affi N’Guessan quitte de fait la plateforme de l’opposition. C’est l’information que confirme une déclaration du parti publiée ce mardi 19 janvier.

Le camp Affi N’Guessan a tenu une réunion pour valider ses dossiers de candidature pour les prochaines élections législatives qui auront lieu en mars prochain. Entre le FPI officiel et les autres partis de la plateforme de l’opposition, la réunion de la dernière chance pour concilier les positions a échoué dimanche dernier. 

Pourquoi le FPI décide de quitter la plateforme de l’opposition?

Selon nos sources, les acteurs proches du dossier avec qui ils ont échangé, le FPI estime qu’il n’y avait aucune considération vis-à-vis du camp Affi. « Nous avons été méprisés et nous devons faire notre chemin à part », a affirmé ce soir, Kouakou Kra, le monsieur élection du FPI tendance Affi, lors de la réunion de son secrétariat exécutif.

« Il n’y avait aucune considération pour nous », affirme un des acteurs. Selon lui, depuis deux semaines, une méthodologie a été adoptée avec le PDCI et l’ensemble des partis de la plateforme de l’opposition. Tous les cas de figure ont été imaginés. « Si dans une ville, il n’y a qu’un seul poste de député, comment on fait pour désigner le candidat de l’opposition ? Nous avons défini tous les processus de désignation », ajoute une autre source. 

Le samedi dernier, a-t-il poursuivi, « nous devions avoir une réunion au siège du PDCI. Nous nous y sommes rendus. Nous avons attendu en vain. » Pourquoi ? « Parce que ni les pro-Gbagbo (GOR et EDS, ndlr) n’ont daigné pointer du nez ». Le PDCI a finalement « avoué qu’il ne peut pas faire cette réunion sans les absents », a soutenu notre interlocuteur. Pourquoi ? « Ils nous ont dit qu’ils ont une alliance avec les pro-Gbagbo ».

Une réunion entre le PDCI et les pro-Gbagbo de 16 à 3 heures du matin

Selon les partisans de Affi N’Guessan, après avoir pris congé du PDCI samedi autour de 13 heures, les pro-Gbagbo et le PDCI se sont rencontrés pour procéder à la validation des candidatures de 16 heures (samedi) à 3 heures du matin (dimanche). 

Le dimanche, toujours sous la pression des autres partis de l’opposition, une rencontre a lieu au siège du PDCI, pour valider les candidatures. « A notre grande surprise, les pro-Gbagbo qui étaient représentés d’habitude par plusieurs personnes, n’étaient représentés que par une seule personne à cette réunion. Et ce dernier, s’est à chaque fois opposé aux candidatures qui étaient proposées, arguant qu’il ne les connait pas », a révélé un acteur de la réunion. 

Nos tentatives, pour confirmer ou infirmer cette accusation auprès du PDCI n’ont pas abouti. Toutefois, un cadre proche des pro-Gbgabo qui n’a certes pas participé à la réunion, nous a affirmé qu’il est hors de question pour eux de s’associer à la tendance Affi N’Guessan. Et d’ajouter que « ça n’engage que moi ».

Cette position des pro-Gbagbo a pourtant, une concrétisation bien réelle sur le terrain à Abobo. Selon nos sources, des discussions de terrain entre les partisans de Affi N’Guessan et ceux des pro-Gbagbo avaient abouties à un accord pour un FPI réunifié en alliance avec le PDCI. Ce qui donnait trois candidats pour le PDCI et trois pour le FPI réunifié. La commune d’Abobo comptant six postes de députés. Un des acteurs de cette alliance, nous a informés ce soir, que la direction des pro-Gbagbo a remis en cause cette alliance de terrain. Il n’y aura donc pas de FPI réunifié à Abobo pour les élections législatives.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page