ActualitéEconomie

LA DETTE IVOIRIENNE S’ELEVE A 12 628,76 MILLIARDS F CFA

DETTE IVOIRIENNE : 12 628,76 MILLIARDS F CFA ET APRÈS ?

L’Endettement serait un mal nécessaire pour les États? A l’instar de plusieurs pays du monde, la Côte d’Ivoire a recours à la dette pour le financement de son développement. En effet, depuis les indépendances, les gouvernements successifs face aux moyens limités pour mobiliser les recettes publiques ou les investissements privés ont fait de la dette un levier essentiel pour le développement et le financement des infrastructures, la santé, l’éducation et les services publics.

Selon le rapport sur la dette publique de la Direction Générale du Trésor, à la date du 30 septembre 2019, le stock de la dette de la Côte d’Ivoire s’élève à 12 628,76 milliards, comprenant 8 360,67 milliards de dette extérieure (66,20% du stock) et 4 268,09 milliards de dette intérieure (33,80% du stock). Ce stock de dette correspond à 48,7% du PIB, ratio en dessous de la norme communautaire (UEMOA) de 70%, relative au critère de convergence multilatérale sur l’endettement.

Si de l’avis de certains experts en financement, l’endettement actuel de la Côte d’Ivoire (12 628,76 milliards F CFA) n’est pas forcément néfaste, il n’est pas exclu que des problèmes puissent subsister à moyen et long terme, surtout, si les ressources provenant de nouveaux emprunts ne sont pas employées à bon escient (notamment à cause de la corruption et de la faiblesse des institutions) ou si le pays connait une grave crise socio-politique, ou est touché par une catastrophe naturelle ou un choc économique, tel qu’une inversion brutale des flux de capitaux, qui compromettraient sa capacité à rembourser la dette.

Il est donc urgent pour la Côte d’Ivoire de faire de la gestion et la transparence de la dette une vraie priorité pour que tout nouvel emprunt contribue à la croissance et l’installation d’un environnement propice à l’investissement. La Côte d’ivoire devrait rapidement trouver des alternatives pour réduire sa dette surtout extérieure et retrouver son autonomie financière comme l’a suggéré Ulysses Grant (le 18ème Président des Etats-Unis) à l’empereur Meiji (122ème Empereur du Japon) lors de sa visite en août 1879 : « Il n’y a rien qu’une nation devrait éviter autant que d’emprunter de l’argent à l’étranger. »

La Côte d’Ivoire devra donc redoubler d’efforts pour garantir la viabilité financière des emprunts souverains, rendre compte de sa dette publique de manière exhaustive et transparente, développer son marché intérieur pour le rendre plus liquide et par conséquent plus attractif et développer une politique industrielle compétitive. Quelle sera donc la stratégie de gestion de la dette du gouvernement ivoirien au cours du troisième mandat du président Ouattara (2020-2025)?

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
x