Covid19CultureEconomie

LA CRISE SANITAIRE A DES RÉPERCUSSIONS SUR LA VENTE DU CACAO

La crise sanitaire qui secoue le monde depuis plusieurs mois affecte l’économie. Le cacao, produit phare de l’exportation en Côte d’Ivoire n’échappe pas à cette situation.

L’affaire de stocks de cacao constituant des invendus a refait surface en Côte d’Ivoire. On parle d’environ 100 000 tonnes de fèves de cacao entre les mains de producteurs ivoiriens à l’intérieur du pays, selon SikaFinance. Sans oublier les tonnes qui existent dans nos différents ports. 

Ce qu’il faut savoir, c’est que la Côte d’Ivoire n’est pas le seul pays dans ce cas. C’est une affaire mondiale. Il s’agit de 1 million 700 mille tonnes de cacao stockées dans les pays d’origine, les usines des transformateurs à travers la planète. C’est bien ce qu’a indiqué Michel Arrion, directeur exécutif du secrétariat de l’organisation internationale du cacao (ICCO), lors d’une conférence de presse, l’année dernière au siège de l’organisation à Abidjan.

 » L’état des stocks notifié par les Etats membres et par bien d’autres sources d’informations en fin septembre 2019, tourne autour de 1 million 700 mille tonnes dans les pays d’origine, les usines des transformateurs… A cela s’ajoutent les stocks flottants près de 150 mille tonnes de fèves de cacao quelque part dans l’océan Atlantique et l’océan pacifique… », a fait savoir Michel Arrion.

Ce problème existait avant, mais la Covid-19 a rendu la situation intenable, expliquent des experts. S’agissant de la production et l’importation du cacao à travers le monde, la Côte d’Ivoire et le Ghana pèsent 65 % de la production et l’Union européenne (70 à 75%) des importations mondiales.  Ce sont les trois acteurs majeurs du marché du cacao au plan mondial.

La commercialisation du cacao génère près de 100 milliards de dollars, mais les pays producteurs au nombre de 22 ont moins de 6% de la vente, a confié, à cette conférence, Aly Touré, représentant permanent auprès des organisations internationales de produits de base et porte-parole des pays producteurs au sein de l’ICCO. 

L’ICCO a été créée en 1973 sous la tutelle des Nations unies. Elle fonctionne selon des accords internationaux successifs sur le cacao et est à son cinquième accord (1973, 1980, 1993, 2001 et 2010). Elle regroupe 51 membres avec 22 pays exportateurs dont la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Brésil, le Cameroun, l’Equateur, l’Indonésie, la Guinée, le Madagascar, la Malaisie, le Gabon, le Costa Rica, le Peru, le Nicaragua, le Nigeria, la Guinée, la Sierra-Leone, le Togo, le Venezuela, etc.; et 29 pays importateurs dont l’Union européenne (27 pays), la Russie et la Suisse. Ils représentent respectivement 92% des exportations et 80% des importations mondiales de cacao.  

observateurcitoyen

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
x