Uncategorized

Il force sa copine à faire une fellation, filme et publie la vidéo en ligne

Un Nigérian a été traduit en justice devant un tribunal de Nairobi pour avoir prétendument forcé sa petite amie kenyane à lui faire du sexe oral (fellation) et avoir publié la vidéo en ligne.

L’accusé identifié comme Joseph Adekunle Odu a comparu devant le magistrat en chef Francis Andayi devant le tribunal de Milimani le lundi 16 août, où il a été inculpé d’agression, de menace de mort, de cyberharcèlement et de possession de bhang.

Selon un rapport de police, Odu a demandé à la plaignante, Caroline Wanjiku Wairimu, de le rencontrer dans sa maison de Ruaka pour régler certains problèmes domestiques.

À son arrivée, Odu l’aurait accusée de coucher avec d’autres hommes et aurait menacé de la tuer avec un couteau.

Il l’a ensuite forcée à lui faire une fellation sous la menace d’un couteau tout en enregistrant l’acte sur son téléphone et a ensuite publié la vidéo sur son statut WhatsApp et son compte Instagram.

“Je me suis réveillé le matin et j’ai eu beaucoup d’appels manqués et de messages sur mon téléphone de personnes qui essayaient de me demander si j’allais bien. J’étais choqué parce que je ne comprenais pas ce qui se passait“, lit-on dans la déclaration de la plaignante.

Odu est également accusé d’avoir prononcé le 8 août 2021 à Ruaka View Apartment dans le comté de Kiambu, sans excuse légitime, les mots «Je vais te tuer» tout en menaçant de tuer la femme.

Il fait également face à un autre chef d’accusation de l’avoir agressée aux appartements Garissa Heights à Kileleshwa, et à deux autres chefs d’accusation, dont le cyber-harcèlement et la possession de bhang.

La plaignante prétend qu’elle sort avec lui depuis deux ans et qu’il l’a forcée et agressée à plusieurs reprises.

Elle affirme en outre que vers novembre de l’année dernière, l’accusé l’a forcée et agressée à un tel point qu’elle a presque perdu la vue parce qu’il était jaloux de son ami.

“Les cicatrices d’agressions continues m’ont traumatisée“, a-t-elle ajouté.

Odu a nié toutes les accusations et a été libéré sous caution en espèces de 200 000 Sh.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
x