Politique

FPI législatives 2021 Côte d’Ivoire: Les vieux caciques du FPI ne sont pas prêts à faire la passe aux « jeunes »

L’opposition ivoirienne a décidé de participer dans son grand ensemble à la prochaine élection législative au Pays.
La branche des « Gbagbo ou rien » du Front populaire ivoirien (FPI -GOR) longtemps restée en marge de toute élection en Côte d’Ivoire, a, après dix années de boycott décidé de participer au scrutin législatif du 06 mars 2021.

S’il est vrai que des Partis de l’opposition ont décidé, dans une unité d’action de participer aux élections législatives avec un unique candidat désigné par consensus dans les différentes localités, dans la pratique, cela semble encore être une vue de l’esprit à quelques jours de la clôture des dépôts des dossiers.

Dans plusieurs circonscriptions du Pays, le consensus tant prôné par l’opposition ne rencontre pas l’adhésion de tous.
Le retour dans le jeu politique des « Gbagbo ou rien » via ces élections législatives n’est pas fait pour laisser la place à la nouvelle génération.

Dans le camp des GOR, les anciens dinosaures du pouvoir Gbagbo sont mis en avant pour glaner des sièges dans certaines régions dites favorables à l’ancien régime de l’ex-prisonnier de la Haye.

À l’ouest du pays, dans le département de Guiglo, dans le Cavally, l’ancien ministre Émile Guirieoulou, ancien président de la commission des affaires générales et institutionnelles de l’Assemblée nationale, rentré de son exil Ghanéen récemment a été plébiscité candidat du FPI-GOR pour le siège de Guiglo-commune lors d’une réunion tenue le samedi 9 janvier dernier.

Emile Guiriéoulou, vice-président de la branche du FPI restée fidèle à Gbagbo était dans ce sens en tournée d’explication et de sensibilisation du 8 au 10 janvier 2021, dans la région du Cavally, comme constaté par KOACI.

Au cours de cette tournée qui se situe dans le cadre des 33 missions envoyées par la direction de son parti sur l’ensemble du territoire national, l’ancien député de Guiglo a échangé avec les militants, sympathisants et les populations des quatre départements que compte la région.

À l’issue des échanges, l’envoyé de la direction a demandé aux militants et aux populations de se mettre en ordre de bataille pour relever tous les défis à venir.

« Concernant les élections, chaque parti de l’opposition enverra son candidat et ses candidats iront à Abidjan afin de choisir un seul candidat de l’opposition qui sera soutenu par les partis politiques de l’opposition et on doit s’attendre à Toulepleu il y’a assez de morts gratuitement et nous devons continuer le combat afin que ses personnes partent car ils savent que Toulepleu n’est pas à eux. », a-t-il affirmé lors de son passage à Toulepleu, le week-end dernier.


Source: Koaci

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
x