FocusSociété

Erickson le Zulu-Deux mois après son décès-Sa femme Elisabeth Gogoué continue de le pleurer : « Tu n’es pas parti seul… »

La mort n’arrête pas l’amour, dit-on. Chaque date du décès d’un être cher est un jour triste où l’on se remémore son départ. Les larmes qui perlent. Dans le silence, on pleure. On partage un souvenir, une publication en hommage. 16 février 2020- 16 avril 2020, voilà deux mois que Erickson le Zulu est décédé.

Sa femme Elisabeth Gogoué, à jamais marquée par cette disparition a tenu à exprimer son amertume, cette douleur qui, s’estompera avec le temps. Aussi, a-t-elle tenu à partager ce message : « Deux mois…ce jour-là, tu n’es pas parti seul. La moitié de moi est partie avec toi. J’ai espéré du plus profond de mon cœur que tout ça soit un cauchemar, mais la réalité me rattrape chaque fois que je m’endors et qu’à mon réveil, je ne te vois pas, je ne t’entends pas.

Pourquoi toi ? Pourquoi cette maladie ? Pourquoi si tôt ? Pourquoi, pourquoi ?…tant de questions qui restent sans réponses. Une douleur immense m’envahit depuis ce jour. Tu me manques tellement, toi qui étais mon tout. Dors en paix mon ange ».

Elisabeth Gogoué, la femme qui partageait la vie d’Erickson le zulu

Après le décès d’Erickson le zulu, sa femme, Elisabeth Gogoué, avait accordé une interview exclusive à votre site d’informations Actupeople.net. Dans cet entretien, elle racontait les circonstances du décès son homme, et surtout le vide que cette disparition laissait :

Il a rendu l’âme devant nous. Il n’y a pas eu d’annonce du médecin. Nous avons su parce que sa respiration s’était arrêtée. Nous avions donc su qu’il était parti. C’est nous qui avons appelé le médecin afin qu’il constate le décès. J’ai perdu mon homme, mon âme sœur, mon confident. ça été horrible. C’est une catastrophe. J’essaie d’être forte parce que j’ai été à ses côtés lors de sa maladie. Nous avons vécu cela à deux. Je l’ai épaulé comme je pouvais. Je n’ai jamais baissé les bras. C’est vrai qu’à la fin, j’ai craqué. Mais je sais que de là où il est, il est soulagé. Même s’il n’est plus physiquement près de moi, Eric sera toujours avec moi, à me soutenir, surtout pour les enfants.

Source : actupeople.net

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page