ActualitéSociété

Diana Blé a été libéré

L’étudiante Diana Blé qui avait été condamnée au tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau, dans l’affaire de la profanation de la tombe de DJ Arafat, a été libéré ce mercredi 30 Octobre.

Plusieurs organisation et personnalités de la société civile et des leaders d’opinion avaient milité et plaidé pour la libération de cette jeune étudiante, qui avait repris une publication d’une autre personne, sans savoir que cette reprise allait avoir un tel retentissement.

Immédiatement après son interpellation, l’éveilleur de consciences André Silver Konan avait plaidé pour une indulgence, expliquant que

La fille était victime de cette propension de certains Ivoiriens à s’attribuer des choses vécues ou dites par les autres, en clamant « c’est pas on dit ». Je crois qu’elle est sincère quand elle avoue n’avoir pas été sur les lieux ».

Le procès de Diana Blé s’est tenu le vendredi 20 septembre 2019 au tribunal du Plateau à Abidjan. L’étudiante a été condamnée à 12 mois de prison ferme, conformément au réquisitoire du procureur.

A la barre, Diana Blé avait maintenu sa ligne de défense. Je ne suis impliquée ni de près ni de loin dans cette histoire (de profanation de tombe). Je n’étais pas présente au stade ni au cimetière. Étant une abonnée de la page de DJ Arafat, je participais à une discussion sur cette même page et j’ai vu un commentaire. J’ai simplement copié et collé deux ou trois fois sur une autre page. Je ne savais pas que ça allait prendre cette ampleur. Je demande pardon à tout le monde, avait-elle déclaré.

Poursuivie pour profanation, Diana Blé avait vu son chef d’accusation être requalifiée en « troubles à l’ordre public », sans que le parquet n’ait été capable de démontrer le rapport entre ses écrits sur Facebook et les violences qui ont suivi l’inhumation de DJ Arafat.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page