Actualité

Côte d’Ivoire : Malgré la journée de vote, l’opposition soutient que le mot d’ordre de désobéissance civile a été suivi et dénombre 12 victimes

Après que la CEI ait salué l’engouement électoral et dressé un bilan d’une trentaine d’incidents, l’opposition soutient de son côté que le mot d’ordre de désobéissance civile a été suivi dans sa grande majorité par les ivoiriens et déplore des pertes en vies humaines dues à des affrontements, alors qu’aucun incident majeur, hormis des bagarres ça et là, n’a été pour l’heure relevé sur l’ensemble du territoire.

Selon le candidat du FPI qui a boycotté le scrutin, une douzaine de personnes ont trouvé la mort à l’heure actuelle.

«Dans l’ensemble nous pouvons dire que, le mot d’ordre de désobéissance civile a été suivi dans sa grande majorité, par nos compatriotes. Ils n’ont été au vote, malheureusement, nous déplorons, encore une fois des morts, là où il y a eu des affrontements, une douzaine de morts à l’heure actuelle dont quatre dans le Goh, deux dans la Sous-préfecture de Niablé, plus Azaguié et d’autres localités au total nous totalisons une douzaine de morts. C’est donc dire que les ivoiriens sont restés mobilisés et pour s’opposer à cette tentative de coup d’État électorale que monsieur Alassane Ouattara a tenté depuis plusieurs mois de perpétuer», a expliqué Pascal Affi N’Guessan dans une déclaration à la presse cet après-midi depuis la résidence abidjanaise d’Henri Konan Bédié, lui, pas vu.

«Comme vous l’avez certainement appréhendé, il fallait bien à un moment où un autre nous nous retrouvions pour faire le point de la journée d’aujourd’hui qui a été retenue par monsieur Alassane Ouattara comme une journée de déroulement d’un scrutin que nous contestons. Mais que nous avons l’obligation de suivre, parce que pour nous tous cette journée est importante aussi bien dans la forme que dans le fond. Dans la forme comme nous l’avons toujours dit, quelque soit le résultat, nous ne nous sentons pas concernés par ce qui s’est passé aujourd’hui », a ajouté Pascal Affi N’Guessan.

Il a insisté que dans la forme, il n’y a pas eu d’évènement, il n’y a pas eu d’élection en Côte d’Ivoire. Mais en même temps dans le fond il était bon de savoir qu’est-ce qui s’est passé réellement aujourd’hui.

«Il n’y a pas eu d’élection en Côte d’Ivoire, ce à quoi, nous avons assisté n’est pas digne de notre pays, parce que ce n’est pas de cette façon qu’on organise une consultation aussi importante que l’élection présidentielle qui doit permettre au peuple de se donner un président de la république qui constitue dans toutes les démocraties le socle de la république, le garant des institutions. Ici, il y a eu une tentative de passage en force, une prise en otage du pays, à travers l’armée et les miliciens mais heureusement, le peuple de Côte d’Ivoire est resté déterminé, a bravé cette tentative et à réussi à faire échec à cette parodie d’élection et a délégitimé le processus électoral », a précisé, le Président du FPI.

Affi N’Guessan a annoncé que selon les informations en sa possession, ses compatriotes ont boudé dans leur très grande majorité, « l’opération que monsieur Alassane Ouattara a tentée ce jour ».

«Son coup d’État constitutionnel et électoral a été un échec, les ivoiriens ont refusé de s’associer à cette mascarade d’élection. Les jeunes sont restés mobilisés sur toutes les barricades et même les uns étendues, notamment à l’ouest et dans le nord. Toutes les barricades sont restées dressées et le convoyage du matériel électoral n’a pas été possible. Là où, les matériels électoraux ont été stockés dans des brigades de gendarmerie, ces matériels ont été récupérés et dans de nombreuses localités brûlées comme en témoignent les nombreuses images sur les réseaux Sociaux. Là où des bureaux ont pu s’ouvrir, cela a été le désert, c’est le cas par exemple à Abidjan, où il n’y a pas eu d’affrontements, d’échauffourées et de confrontations mais où les bureaux n’ont pas été du tout fréquentés, dans toutes les communes, à l’exception de quelques quartiers, Abidjan était une ville desserte. C’était pratiquement comme un jour de deuil national. A l’intérieur du pays, notamment à l’est pratiquement nous pouvons dire que 90% des bureaux de vote ont été fermés. Il en est de même à l’ouest. Seuls quelques quartiers, ceux qu’on appellent habituellement les djoulabougou ont pu ouvrir les bureaux où quelques ivoiriens ce sont acquittés de cette activité », a mentionné, le candidat à l’élection présidentielle.

Il a promis donner enfin, les résultats définitifs à 19 heures de ce que, « Alassane Ouattara appelle élection présidentielle en Côte d’Ivoire. ».

Source: Koaci

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
x