Politique

Côte d’Ivoire: Ils ont enchaîné Blé Goudé « dans le coffre d’un véhicule »

17 janvier 2013-17 janvier 2021. Huit ans après, Charles Blé Goudé, l’ex-chef de la galaxie patriotique, se remémore les conditions difficiles de son arrestation au Ghana, suivie de son extradition à Abidjan, alors qu’il était en exil dans ce pays frontalier de la Côte d’Ivoire, après la chute du régime de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, en avril 2011. Dans le récit relayé sur sa page Facebook, l’ancien prisonnier de la prison de Scheveningen à La Haye, dresse un lot de souvenirs douloureux, notamment sur les conditions de sa détention, 14 mois durant dans les locaux de la Direction de la surveillance du territoire (DST) et les « mauvaises langues » qui l’accusaient d’avoir trahi la lutte pro-Gbagbo.

Blé Goudé évoque sa détention à la DST:  » (…) Je devrais porter des caleçons noirs »

« Il y a huit ans ( 8 ans) que la police ghanéenne me mettait aux arrêts, après avoir défoncé ma porte à 06h tôt le matin d’un 17 janvier 2013. Déporté en Côte d’Ivoire, je suis détenu au secret 14 mois à la DST avant d’être transféré à La Haye. Les personnes physiques et morales de qui j’étais en droit d’attendre un soutien en pareilles circonstances, ont plutôt enclenché une campagne de mensonges qui tranchait avec ma triste réalité du TROU de la DST. Pendant que j’étais enchaîné dans le coffre d’un véhicule, les mauvaises langues m’annonçaient dans un avion qui aurait été affrété par le régime d’Abidjan. J’ai tout entendu : << Blé Goudé n’est pas en prison, il boit du champagne avec Hamed Bakayoko, il a fait un deal, etc.>>.

Même lorsque des images (photos) finissent par révéler ma souffrance à la DST, certains ont préféré spéculer sur la blancheur de mes dessous, comme si pour prouver ma fidélité au combat, je devrais porter des caleçons noirs. Aujourd’hui 17 janvier 2021, je me souviens pour le moment. A l’endroit des ivoiriens et africains qui m’ont soutenu, je dis merci. Ma part de vérité concoctée dans un livre, est en cours de finition pour une parution prochaine afin que les faits fassent taire le mensonge dans un silence sans gloire. Aujourd’hui 17 janvier 2021, je me souviens ! Un jour je dirai ma part de vérité ».

Charles Blé Goudé

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page