Politique

Côte d’Ivoire: après Hambak, voici les trois ministres pouvant assurer la relève

Même après son inhumation, les témoignages continuent de pleuvoir en faveur d’Hamed Bakayoko. Nombreux sont ceux qui ont bénéficié de ses largesses, qui pleurent encore la disparition brutale de leur bienfaiteur. Quelque soit le bord politique, on s’accorde à reconnaître que l’ex-Premier Ministre était un homme conciliant, ayant servi de facilitateur entre le pouvoir et l’opposition. En tout cas, sa disponibilité vis-à-vis des populations n’était plus à démontrer, rien qu’à voir comment il est descendu de son piédestal pour rendre les Abobolais fiers de leur commune.

Hambak est parti, le Golden Boy s’en est allé, le mécène de la culture ivoirienne, voire africaine, a tiré sa révérence. Quelque soit ce qu’on peut penser de lui, personne ne pourra lui dénier les 3 qualités suivantes: la générosité, la conciliation et la disponibilité. Après son départ tragique, nombreux sont ceux qui se demandent qui pourra faire comme lui; qui parmi les Ministres pourra endosser cette responsabilité, en marchant valablement dans les sillons tracés par Hamed Bakayoko?

A vrai dire, en l’état actuel des choses, nul ne pourra faire comme Hambak, car il était unique en son genre, si on s’en tient aux témoignages émouvants des uns et des autres. Toutefois, si aucun Ministre du Gouvernement n’a le coffre nécessaire pour prétendre agir comme le Golden Boy, 3 d’entre eux semblent se détacher du lot, chacun possédant une des qualités de l’illustre disparu.

Relativement à la générosité, le Ministre Touré Mamadou paraît bien placé pour assumer cette responsabilité. En effet, en finançant les projets des jeunes, conformément au rôle qui lui est dévolu au sein de l’équipe gouvernementale, il marchera dans les pas d’Hambak; encore que Touré Mamadou dont la jeunesse est un atout, réussit parfois à faire preuve d’une générosité appréciable, comme il l’avait fait par exemple avec Dougoutigui Lobê. En outre, la casquette de mécène de la culture lui irait à merveille, lui qui n’avait pas hésité à rassembler autour de lui de nombreux artistes en vue de produire une oeuvre musicale de sensibilisation contre la pandémie du Coronavirus.

En ce qui concerne la conciliation, le Ministre d’Etat Patrick Achi, Premier Ministre par intérim, est le mieux placé pour revêtir ce costume. Comment peut-il en être autrement, lui le transfuge du PDCI, qui est maintenant un cadre du RHDP, et qui avait travaillé aux côtés du Président Gbagbo? Patrick Achi, c’est l’homme de tous les régimes politiques. Le temps est venu pour que ce technocrate prenne enfin ses responsabilités, de manière à se mettre au service de la réconciliation nationale, en se positionnant comme celui faisant la jonction entre le pouvoir et l’opposition.

Quant à la disponibilité, cette facilité à s’identifier aux populations, à se fondre dans la masse, en vivant au quotidien leurs réalités, le Ministre Cissé Bacongo semble avoir le meilleur profil. Quand on voit comment la commune de Koumassi a été métamorphosée et la proximité du maire avec ses administrés (comme à Abobo), il ne peut en être autrement. Homme de terrain à l’écoute des populations, comme Hamed Bakayoko, Bacongo le bâtisseur, n’a aucun complexe à s’identifier aux couches défavorisées, en chaussant même des « lêkê » pour suivre personnellement les travaux engagés dans sa commune.

En somme, Hamed Bakayoko est certes parti, mais ses 3 qualités se retrouvent, chacune, en 3 Ministres du Gouvernement, à savoir Touré Mamadou pour la générosité, Patrick Achi pour la conciliation et Cissé Bacongo pour la disponibilité; quitte à eux d’assumer jusqu’au bout ces responsabilités, de manière à ce que des populations déjà inquiètes, ne se sentent pas orphelines après la disparition du Golden Boy, qui s’est affiché, de belle manière, comme le visage humain du régime Ouattara. Prendront-ils la relève et se montreront-ils à la hauteur des attentes des populations?

Autant le dire comme Koffi Olomidé, l’étoile d’Etat a filé. Mais, elle continuera de briller, à travers Touré Mamadou, Patrick Achi et Cissé Bacongo; encore faut-il qu’ils ne fuient pas leurs responsabilités.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
x