Actualité

Bombardement à Bouaké: réclusion à perpétuité pour 3 accusés

La cour d’assise de Paris a condamné jeudi 15 avril 2021 à la perpétuité contre trois accusés dans le procès du bombardement de Bouaké en Côte d’Ivoire.

Trois accusés condamnés à perpétuité dans l’affaire bombardement de Bouaké. La Cour d’assise de Paris a rendu son verdict ce jeudi 15 avril 2021 dans cette affaire qui a eu lieu en Côte d’Ivoire en 2004. Elle a condamné à la réclusion à perpétuité trois accusés. Il s’agit du mercenaire biélorusse Yury Sushkin et deux officiers ivoiriens Ange Gnanduillet et Patrice Ouei.

Selon RFI, ils sont accusés pour les faits d’assassinat, de tentative d’assassinat et de destructions aggravées. Les accusés ont été jugés en leur absence. Ils sont introuvables depuis leur forfait. Mais d’après les informations de France Inter qui rapporte les autorités ivoiriennes, l’un des officiers ivoiriens est mort il y a 05 ans. Le bombardement a fait 10 morts dont neuf soldats français et un citoyen américain.

Il est reproché aux accusés d’avoir largué depuis leurs avions de chasse Sukhoi, le 6 novembre 2004 à 13 h 20 plusieurs bombes sur le foyer de la base logistique militaire française de Bouaké, la principale ville du nord de la Côte d’Ivoire.

Selon France Inter, ces pilotes ont agi pour le compte de l’armée de l’air des forces loyalistes du chef de l’État ivoirien de l’époque, Laurent Gbagbo. Deux jours plus tôt, Laurent Gbagbo a lancé l’opération de reconquête militaire du nord du pays, aux mains d’une rébellion qui avait coupé le pays en deux depuis le 19 septembre 2002.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
x